Comment assurer la sécurité des opérateurs de maintenance ?

Maintenance

Dans le but de fonctionner correctement, une entreprise de maintenance doit veiller à la sécurité de ses opérateurs terrain ! En effet, un intervenant doit être mis dans les meilleures conditions possibles afin de mener à bien les missions qui lui sont confiées. Il faut dire que les chiffres autour des accidents professionnels ne sont pas reluisants pour le secteur. Selon l’Association française des ingénieurs et responsables de maintenance (Afim), le nombre de maladies professionnelles chez les mainteneurs et installateurs serait de 8 à 10 fois supérieur à la moyenne

En chiffre, cela nous donne près de 53 jours d’arrêt à l’année, contre 12 jours en moyenne pour les actifs qui ne sont pas issus de ce même secteur d’activité. Forcément, ces absences répétées ont un impact direct sur l’entreprise qui les emploie. En effet, des alternatives doivent être trouvées afin de combler les manques. Mais ce n’est pas tout ! Les collaborateurs eux-mêmes souffrent, de leur maladie ou accident d’une part, mais également sur le long terme.

Assurer la sécurité de ses techniciens de maintenance
Sécurité des opérateurs de maintenance : le cadre légal
Comment assurer la sécurité de ses opérateurs de maintenance ?
1- Le stress, principal facteur de danger
2- Assurer la sécurité des siens, d’un point de vue juridique
3- La communication proactive, comme bouclier au danger
Se tourner vers le digital : embrasser la maintenance préventive
– La maintenance préventive, pour anticiper les risques
– Écoute et prévention, pour minimiser le danger
– Dialoguer, pour échanger et comprendre les risques en maintenance
– Assurer la sécurité des mainteneurs, en évitant le surmenage
Soo-Dispatch, un outil utile et adapté ?

Les mainteneurs sont exposés à un grand nombre de menaces pour leur intégrité physique. En fonction des spécialisations, incendies, électrocutions, intoxications et chutes peuvent survenir, mettant ainsi en péril la vie ou les facultés physiques d’une personne. Mais cela fait partie du travail et ces risques sont souvent connus des mainteneurs et installateurs. Pour autant, cela ne signifie pas qu’il faille arrêter de seconder ses équipes et de les abandonner à leur sort au quotidien

D’ailleurs, la législation française est bien explicite sur le sujet. En effet, l’employeur est tenu par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés (article L. 4121-1 du Code du travail). Dans les faits, l’employeur n’a pas le droit de diminuer les risques, mais à le devoir de les empêcher, même si cela n’est pas tout le temps possible. Au travail comme dans la vie de tous les jours, le risque 0 n’existe pas.

Mais alors, à quoi doit faire face un mainteneur ? 

Les risques pour les mainteneurs sont multiples. En effet, certaines pièces à manipuler peuvent être lourdes, les locaux et autres lieux d’intervention peuvent être mal entretenus, désuets, et présenter un réel danger. Comme nous avons pu le voir, des incendies peuvent se déclarer, de même que des électrocutions ou autres chocs.

Comment assurer la sécurité de ses opérateurs de maintenance ?

1- Le stress, l’un des principaux facteurs de risque

Se pose ainsi la question de comment réduire ces risques afin d’offrir à ses opérateurs de maintenance, un cadre propice. Le premier point passe par le travail sur le stress au quotidien. Les facteurs de stress et d’anxiété au travail sont très nombreux (horaires, pression, management). Aujourd’hui, les maladies liées au stress à l’entreprise sont d’ailleurs de mieux en mieux reconnues. 

Les mainteneurs et les installateurs n’y échappent, bien évidemment pas. Ces derniers sont soumis à une pression quotidienne : les délais peuvent être assez serrés, les missions peuvent être fatigantes et assez distantes l’une de l’autre, les horaires compliquées à gérer (notamment en période d’astreinte, la nuit ou lors des weekends). Autre point essentiel, les outils ! En effet, ces derniers peuvent ne pas être adaptés ou être de mauvaise qualité, ce qui aura forcément un impact sur le travail rendu.

L’ensemble de ces points fait qu’une personne peut se sentir relativement mal au travail. Accumulées, ces petites choses font qu’un opérateur de maintenance va avoir tendance à ne pas être au mieux et sera donc moins concentré. Cela tend à augmenter le facteur risque et met donc en danger la sécurité des opérateurs de maintenance.

2- Assurer la sécurité des siens, d’un point de vue juridique 

Si la législation française est claire au sujet du rôle de garant de la sécurité de ses employés, une entreprise peut parfois avoir affaire à des intervenants externes. Légalement, la société doit là aussi assurer la sécurité de ses contractuels. Afin de montrer cette envie de bien faire, peuvent être incorporés dans les contrats, certaines prérogatives liées aux risques encourus.

Ainsi, la société peut garantir à ses intervenants de maintenance, que des moyens seront débloqués et mis en œuvre, afin d’assurer la sécurité : vêtements adaptés, casques, gants, chaussures renforcées (sécurité, pointure), tout est bon à mettre en avant. De cette façon, une société démontre qu’elle est au courant des risques encourus, qu’elle ne cache rien et surtout, qu’elle se préoccupe du bon déroulement des opérations. Un point non-négligeable, qui pourrait augmenter les demandes de collaboration.

3- Assurer la sécurité des mainteneurs, grâce à une communication proactive

Les nouveaux outils digitaux permettent d’avoir un lien plus étroit avec les opérateurs de maintenance. Une solution telle que Soo-Dispatch favorise ainsi la remontée d’informations en direct ! En ayant accès à de nombreuses données, comme le déplacement en temps réel, les données d’interventions, les contrats client etc, un donneur d’ordres peut prendre des décisions radicales en quelques secondes. De même, en cas de soucis rencontrés par l’intervenant sur site, l’information est transmise en l’espace de quelques secondes. Ce nouveau rapport permet donc de rebondir, prendre de nouvelles orientations, voire même, anticiper !

Se tourner vers le digital : embrasser la maintenance préventive

Nous l’avons vu dans de récents articles, le monde de la maintenance évolue. Aujourd’hui, les nouveaux outils digitaux facilitent la gestion de ses missions quotidiennes. L’évolution tend ainsi à modifier les process de la maintenance, en permettant à des robots de s’occuper de tâches compliquées et difficiles. Ces nouveaux engins sont gérés à distance par des personnes assermentées. 

La maintenance préventive, pour anticiper les risques

Autre point intéressant qu’il convient de noter : l’apparition de l’intelligence artificielle. L’IA permet aujourd’hui de travailler sur de la maintenance dite préventive. Mais qu’est-ce que cela veut dire ?  La maintenance préventive revient en fait à utiliser les données récoltées par ses logiciels, afin de régler un problème… Avant qu’il ne survienne.

Nous évoquions dans un article dédié, le cas des ascenseurs connectés qui grâce à une étude de l’ensemble des données par une IA, sont constamment surveillés. Le jour ou l’analyse enregistre une légère déviance, les opérateurs de maintenance interviennent afin de vérifier et sécuriser l’outil. Cela permet ainsi de prendre les devants dans le but d’éviter de se retrouver dans des situations complexes ou l’intégrité des opérateurs pourrait être mise en jeu.

Écoute et la prévention, pour minimiser le danger

Afin d’assurer la sécurité de ses intervenants, une entreprise de maintenance doit également écouter celles et ceux qui sont en première ligne. Comme nous l’avons vu en introduction, le risque 0 n’existe pas vraiment, même si l’ensemble des outils aujourd’hui à disposition permet de le réduire considérablement.

Afin de sécuriser toujours plus ses collaborateurs, pourquoi ne pas mettre en place une liste de vérification à observer avant intervention ? De même, certains numéros spéciaux peuvent être enregistrés directement dans les téléphones des opérateurs de maintenance, afin de rapidement prévenir en cas de pépin. Enfin, un système d’écoute peut également favoriser la prise de conscience de certains dangers.

Dialoguer, pour échanger et comprendre les risques en maintenance

Pour ce faire, un dialogue peut également être mis en place entre les donneurs d’ordre et les intervenants terrain qui partagent leurs retours. Une manière pour le management de revoir et optimiser certains process ! Enfin, une entreprise peut également passer par la case formation. En effet, en travaillant sur diverses offres de formations portant sur divers sujets, tel que la sécurité pour intervenants de maintenance, une société permet à ses collaborateurs de mieux comprendre les risques encourus, de se rendre compte des erreurs effectuées et donc, de bien les corriger.

Assurer la sécurité des opérateurs de maintenance en évitant le surmenage

La santé et la sécurité d’un salarié passent également par le respect de leur bien-être mental. Fatigué, usé, une personne a souvent tendance à faire moins attention et à moins bien respecter certaines prérogatives imposées par l’employeur. Il est donc important de bien définir les rôles de chacun, afin que tous restent à leur place et n’empiètent pas sur les plates-bandes d’un collègue, dont il ne maîtrise peut-être pas, ou moins, les techniques. De même, il est important de respecter le temps de repos, afin d’éviter le surmenage et les erreurs liées au trop-plein de travail. La mise en place d’une zone géographique d’interventions dédiées permet de limiter les déplacements et donc de travailler correctement, dans un cadre défini, sur des horaires et des trajets assimilés

Soo-Dispatch, un outil utile et adapté ?

La sécurité d’une entreprise ne peut être assurée que par l’entreprise, elle-même. Dans les faits, Soo-Dispatch ne changera donc pas grand-chose sur ce point-là. Pour autant, notre solution accompagne les donneurs d’ordre dans cette démarche de sécurisation. Notre logiciel centralise tout un ensemble de données, comme des datas relatives au déplacement, aux interventions, aux clients voire même au parc logistique.

Cela permet d’anticiper certains besoins et donc de mieux se préparer. En offrant la possibilité à l’entreprise de centraliser ces points essentiels, les informations circulent plus rapidement, de manière plus efficace et mieux ciblée. De quoi permettre de prendre certaines décisions. Un logiciel que nous vous proposons de découvrir ici-même.

Assurer la sécurité des opérateurs de maintenance : notre conclusion

Assurer la sécurité de ses opérateurs de maintenance est un devoir. En effet, la loi force un employeur à tout faire afin d’empêcher ses collaborateurs à mettre leur vie en danger. Mais dans le cadre de la maintenance, comment s’y prendre ? Tout d’abord, les contrats peuvent être renforcés, notamment dans le cadre de l’intervention d’un expert extérieur.

L’entreprise peut également mettre en place des plans de prévention et de formation, afin d’accompagner les siens dans une démarche de sécurité renforcée. Enfin, une société peut se tourner vers des solutions digitales. L’IA permet la maintenance préventive alors que des outils comme Soo-Dispatch accompagnent les donneurs d’ordre dans leur quête de la mise en place de process renforcés.

FAQ

Questions fréquentes

La protection de vos données dans SOOdispatch

SOOdispatch est disponible en SaaS (Software as a Service) par abonnement mensuel sans engagement de durée
La solution repose sur un environnement virtualisé sur nos infrastructures. Vous n’avez besoin d’aucun serveur ou installation technique.
La plateforme technique, sécurisée, redondée et écologique. s’appuie sur les DataCenter OVH, leader de l’hébergement d’infrastructures.
Le taux de disponibilité garanti est de 99,8% 24h / 24 et 7 j / 7. Vos données sont sauvegardées quotidiennement.

Merci de vous reporter à notre page dédiée.

Pourquoi suivre les déplacements de ses opérateurs / techniciens ?

Dans certains secteurs d’activité, notamment la maintenance et l’installation, les opérateurs sont en mouvement quasi-constamment. Très logiquement, les lieux d’intervention ne se situent pas tous au même endroit. Certains sont d’ailleurs relativement loin, quand d’autres sont un peu plus à proximité. Quoi qu’il en soit, les déplacements sont obligatoires, bien qu’ils puissent être conditionnés à la mise en place d’une délimitation géographique à tel ou tel opérateur de maintenance. Avec un logiciel comme SOOdispatch, il est possible d’effectuer le suivi kilométrique de ses intervenants en maintenance. Cela permet d’avoir une idée plus globale du mode de fonctionnement de chacun, de les repenser, les retravailler et surtout, de réduire leurs coûts.

Entreprise de maintenance , comment gérer un client mécontent ?

Ces clients mécontents se distinguent en plusieurs catégories :

  • Le client dit ‘procédurier’ : ce type de client est très à cheval sur les règles et la législation. Il n’hésite pas à entrer en conflit avec l’entreprise afin d’obtenir gain de cause. Il n’hésite pas non plus à brandir la menace juridique.
  • Le client dit ‘affectif’ : ce type de client fait appel à l’empathie, à la compassion ainsi qu’à la compréhension de son problème. Il se retrouve face à une situation qui ne l’arrange pas et tente par tous les moyens d’obtenir gain de cause.
  • Le client dit ‘opportuniste’ : ce type de client voit le moindre problème comme une opportunité d’obtenir réparation ou compensation à moindre frais. Une bonne manière de perdre du temps et de l’argent.
  • Le client dit ‘sincère’ : ce type de client ne souhaite rien obtenir de l’entreprise qu’il contacte, si ce n’est la réparation à laquelle il peut, légitimement, prétendre.

La façon de gérer la plainte ne doit toutefois pas évoluer en fonction du type de personne rencontrée. S’il va falloir adapter le discours et, dans le cas d’un opportuniste ou procédurier, tenter de faire revenir la situation à la normale, la finalité reste la même : satisfaire le client en proposant une solution alternative.

Comment faire de la maintenance préventive des bornes de recharge avec SOOdispatch ?

Notre ERP permet la planification des interventions, qu’elles soient prévues lors du contrat ou ponctuelles lors d’une panne.

Avec SOOdispatch, vous avez toutes les données de vos bornes en temps réel sur le cloud. Que ce soit le contrat avec le planning de maintenance ou encore les difficultés rencontrées à l’installation ou à la visite d’entretien, ces données sont utiles pour le passage suivant. L’information remonte rapidement et vos techniciens obtiennent des réponses à un frein beaucoup plus rapidement. S’ils ont un doute et que la réponse ne se trouve pas dans les comptes-rendus ou données présentes, ils peuvent être rapidement rappelés par un collègue qui saura la lui apporter.

SOOdispatch assure le suivi à chaque instant du cycle de vie de la borne de recharge. Ainsi, vous saurez quand intervenir, ce qui a été fait ou doit être fait, ce qui a été réparé ou risque de poser problème.

Maintenance : pourquoi mettre en place une zone d’intervention dédiée ?

Pour les entreprises spécialisées qui œuvrent au niveau régional, voire plus, la question de délimiter certaines zones d’action se pose toutefois. Si la zone d’intervention d’un opérateur de maintenance est trop vaste, le temps passé entre chaque intervention sera trop important, de même que les frais kilométriques engendrés, rendant ainsi les opérations peu voire absolument pas rentables. Il convient donc d’imposer certaines délimitations. Notre outil SOOdispatch permet d’assurer un excellent suivi des mainteneurs et opérateurs de maintenance. En effet, notre logiciel est 100% cloud et centralise toutes les données nécessaires au déroulement des opérations de maintenance à commencer par les kilomètres effectués par ses mainteneurs et installateurs.

Notre code couleur permet également de définir si une opération est sur le point de débuter, est en cours ou est sur le point de se terminer. Cela permet de suivre le bon déroulement des activités et surtout vérifier en temps réel si la stratégie de délimitation géographique est efficace, ou non !

5 façons d’optimiser les tournées de maintenance de ses techniciens

1- Optimiser les tournées de maintenance, en travaillant ses plannings

2- Respecter la balance vie personnelle – professionnelle de ses intervenants

3- Une distribution des interventions de maintenance, juste et intelligente

4- Améliorer la gestion de sa logistique et l’ensemble du parc

5- Analyser les rapports d’intervention de maintenance

Optimiser les tournées de maintenance, grâce à SOOdispatch

Terminé le papier, tournez-vous vers le digital !

Maintenance, pourquoi opter pour un modèle Cloud & SaaS ?

Le recours à l’intelligence artificielle tend à se démocratiser et le secteur de la maintenance et de l’intervention terrain n’est pas en reste. En effet, de nombreuses solutions analytiques permettent d’anticiper certaines opérations. 

Les entreprises passent ainsi du statut de proactive, à préventive. Cela risque d’entraîner de nouveaux process et probablement, de nouvelles formations terrain, cependant, à terme, les entreprises gagneront en productivité et pourront générer plus de chiffre d’affaires. 

Chez SOOdispatch, nous avons saisi les enjeux et l’ampleur du phénomène, c’est pourquoi, afin de proposer des outils toujours plus complets, nous travaillons au développement d’une nouvelle offre centrée sur ce même point. De même, notre logiciel SaaS accessible et disponible à toutes les entreprises soucieuses de travailler en ce sens répond aux critères imposés en matière de sécurité.

S'abonner

Rejoignez la communauté

Confidentialité

8 + 8 =